Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'André Boyer
  • Le blog d'André Boyer
  • : Commenter les événements de l'actualité, tirer les leçons de l'histoire. Ne pas cesser de philosopher. Relater les expériences de ma vie.
  • Contact

andreboyer

Recherche

Pages

Catégories

26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 16:04
LES MIGRANTS ET LA MONTÉE DES CONFLITS

ALLER DE CROATIE EN HONGRIE

 

Tout le monde semble désormais conscient que l’arrivée soudaine de migrants en Europe, surgis du Moyen Orient après qu’ils aient commencé par la Libye , constitue un évènement historique, même si le manque de recul rend difficile d’en apprécier précisément les conséquences. 

 

Du moins peut-on percevoir quels seront les effets premiers de ce mouvement, en s’adossant sur les deux blogs que j’ai fait paraître le 2 novembre 2014 sous le titre Eurafrique et le 5 septembre 2015 sous le titre L’Europe a disparu ! ainsi que sur les blogs que j’ai auparavant écris sur la Syrie et la Libye. 

Le facteur principal de l’arrivée des migrants réside, comme l’aurait dit Monsieur Jourdain, dans l’attractivité de l’Europe pour les populations moyen-orientales et africaines. Espace géographique tempéré, doté d’une économie moderne et d’un système social efficace, c’est en outre un havre de paix où il est possible d’obtenir des droits individuels, comme celui de faire venir sa famille, d’éduquer ses enfants, de se soigner, de recevoir une retraite ou de se défendre contre les injustices. 

Si l’on y ajoute que l’espace européen est en voie de régression démographique, tout se conjugue pour qu’il représente le refuge de tous ceux qui sont chassés de leurs lieux de vie originels par la guerre ou la misère.

Seuls, l’inertie liée aux habitudes de vie et les obstacles juridiques, policiers et physiques freinaient jusqu’ici le mouvement d’émigration vers l’Europe. Mais désormais deux voies se sont ouvertes. 

L’une consiste depuis déjà quelque temps à se lancer sur la Méditerranée depuis la Libye vers Lampeduza pour être recueilli par les Marines Européennes et remis à la garde des  autorités italiennes qui  ne peuvent que laisser les migrants s’égayer en Europe en fonction de leurs affinités.

L’autre, plus récemment, par la Turquie et la Grèce, s’est révélée moins risquée quoique pavée d’étapes diverses. Logiquement la première attirait surtout des Africains, la seconde concerne principalement les moyen-orientaux provenant en priorité de camps surchargés de réfugiés provenant de pays en guerre, comme en Syrie, en Irak ou en Afghanistan. 

Les candidats migrants ont progressivement découverts que l’Europe ne protégeait pas ses frontières et que l’afflux de refugiés ne provoquait aucune réaction négative de la part de la majorité des États Européens, mais au contraire un message de bienvenue du premier d’entre eux et des expressions de compassion du côté des medias, obligeant les États à s’organiser d’urgence pour les accueillir.

Si bien, qu’en cette fin septembre 2015, environ quinze mille migrants par jour, passant principalement par la Grèce et l’Italie mais aussi par des pays aussi improbables que la Norvège, rejoignent l’espace Schengen où ils sont enregistrés comme demandeurs d’asiles et pris en charge matériellement. Si ce rythme se maintient sans s’accélérer, cela fera cinq millions de personnes au bout d’un an, pas de quoi déstabiliser démographiquement, du moins à court terme, une Union Européenne qui comprend cinq cent millions d’habitants.

Oui, mais.

Mais ces migrants semblent se concentrer dans le nord ouest de l’Europe, en Allemagne, en Scandinavie et s’ils peuvent franchir les barrières de Schengen, en Grande-Bretagne, pour des raisons  qui tiennent à la facilité de trouver un emploi et parce qu’ils y ont des accointances. Dans ces zones, la concentration de migrants ne manquera pas de provoquer des conflits avec les habitants actuels et des décalages avec les pays qui  accueillent moins de migrants, à l’Est et au Sud de l’UE.

Mais la découverte, par les candidats migrants, de ces failles dans la frontière de l’espace Schengen ne manquera pas de susciter des arrivées croissantes. Il va falloir s’y opposer, provoquant des heurts et donc des victimes qui accroitront les tensions entre les partisans de la fermeté et ceux de la charité, entrainant des conflits politiques majeurs, auxquels l’organisation politique actuelle de l’Europe aura du mal à survivre.

Mais les dirigeants politiques de l’Union Européenne découvrent aujourd’hui que leurs politiques d’indifférence vis à vis des conflits  au Moyen-Orient et en Afrique, à commencer par la Libye, sont intenables puisque ces derniers s’invitent en Europe par le biais des migrants, voire du terrorisme. Il va leur falloir s’impliquer directement, loin des errements de la politique américaine et au plus prés des complexités des politiques moyen-orientales et africaines. Avec quels moyens humains, militaires et financiers ?

 

Loin des apitoiements mediatiques, le surgissement actuel des migrants semble donc constituer le détonateur de trois conflits en gestation,  un conflit civil, un conflit politique et un conflit militaire. 

Partager cet article

Repost 0
Published by André Boyer - dans ACTUALITÉ
commenter cet article

commentaires

qui explique beaucoup de choses 27/09/2015 12:33

Je retrouve André avec sa clarté coutumière, sa logique qui peut dépasser pour certains l'entendement. Grace à André j'ai découvert pour la Syrie le paramètre Alaouite qui explique beaucoup de choses et le réalisme de Merkel... Merci
André et à bientôt.

Boyer 27/09/2015 19:05

Merci, cher anonyme.
Tes compliments m'honorent, mais il me semble que cette fois ci, je n'ai pas grand mérite, tant les évenements parlent d'eux-mêmes. Pour la Syrie, je revendique d'avoir vu juste et d'être enfin rejoint par les politiques réalistes, plus de trois longues années plus tard qui ont fait plus de 200000 morts pour rien…

Michel 26/09/2015 23:54

D'accord avec l'analyse. Maintenant, la solution : dire qu'il faut s'intéresser autrement aux conflits au M-O - paraît un peu courte. Faut-il installer ou ré-installer des dictateurs ? Puisqu'ils parvenaient à maintenir leur pays dans le rang. Es-tu d'accord par exemple pour dire que l'Iran dont tu vantes la "douceur" ne tient en réalité que parce qu'il est soumis à une dictature (idem pour l'Egypte, le Maroc, l'Algérie) ? Et si tu n'es pas favorable aux dictateurs, qu'attends-tu des Européens ?

Boyer 27/09/2015 19:02

Bonjour Michel,
je viens de répondre au dessous par ereur.

Boyer 27/09/2015 19:01

Bonjour Michel.
Je n'en suis pas à donner des conseils sur le management de la crise. D'autre part, je ne crois pas que l'Iran et le Maroc soient des dictatures. C'est vrai pour l'Algérie et pour l'Egypte, mais dans le deuxieme cas c'est ca ou la dictature islamique. Je pense aussi que l'Europe a un peu trop tendance à délivrer des brevets de bonne conduite, alors qu'elle n'est pas un modéle de démocratie. De plus, je crois que la situation va devenir de plus en plus tendue et la notion de démocratie de plus en plus floue. Je crois enfin que l'Europe sera incapable de mener une politique commune, alors , si j'avais des conseils de management de crise, je les donnerai plutôt à la France, en lui conseillant de s'allier avec l'Egypte (dictature), l'Iran, la Russie (dictature?) et les pays du Maghreb et d'oublier l'Allemagne, la Grande Bretagne et même les États-Unis.
Amitiés,
André

Catherine 27/09/2015 14:23

C est vrai que ce commentaire sonne juste....qu en penses tu Andre?

bourgeon andré 26/09/2015 20:33

ta pertinence et ton analyse intelligente de la situation m'impressionnent , merci cher André

Boyer 27/09/2015 18:53

Merci André, mais mon analyse me parait assez évidente
Amitiés

Kostas 26/09/2015 18:34

Tu as tout faux André, la majorité des migrants ne vient pas en Europe

Boyer 26/09/2015 18:42

Ca alors! ils vont où ? en Syrie?
Amitiés,
André