Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'André Boyer
  • Le blog d'André Boyer
  • : Commenter les événements de l'actualité, tirer les leçons de l'histoire. Ne pas cesser de philosopher. Relater les expériences de ma vie.
  • Contact

andreboyer

Recherche

Pages

Catégories

7 juillet 2016 4 07 /07 /juillet /2016 15:41
Vogue le Deuxième Empire

LA CELLULE DE LOUIS-NAPOLÉON AU FORT DE HAM

 

Après ses remarquables succès électoraux du début de l’année 1852, Louis-Napoléon est triomphalement accueilli par la population lors de son tour de France de l’automne 1852, ce qui lui fait prendre conscience qu’il ne dépend que de lui d’être sacré « Empereur » comme son oncle Napoléon 1er.  

 

Le 7 novembre 1852, le Sénat est sollicité pour en faire la proposition qui modifiait la Constitution sur ce seul point :

 

Article premier. La dignité impériale est rétablie. Louis Napoléon Bonaparte est Empereur des Français, sous le nom de Napoléon III.

Article 2. 
La dignité impériale est héréditaire dans la descendance directe et légitime de Louis-Napoléon Bonaparte, de mâle en mâle, par ordre de primogéniture, et à l'exclusion perpétuelle des femmes et de leur descendance.

 

Cette modification donna lieu à un plébiscite, les 21 et 22 novembre 1852 qui se traduisit par 7 824 129 « oui » en faveur de l’Empire, 253 145 « non », 65 126 nuls et 2 millions d’abstentions environ. La dignité impériale était rétablie à son profit. Louis-Napoléon prit désormais le titre de Napoléon III. Le contexte politique de l’époque expliquait l’adhésion de la population. L’émeute avait renversé le régime de Louis-Philippe et installé une République qui avait au début une coloration presque communiste. La peur du désordre avait successivement engendré une assemblée conservatrice puis royaliste et un président qui finissait par se proclamer empereur, sur la seule magie de son nom.

La société bien-pensante de l’époque le considérait comme un moindre mal, les paysans le révéraient, les ouvriers l’observaient avec méfiance mais sans hostilité : il avait les mains libres, à la tête du pouvoir politique le plus concentré du monde et à ce titre la Ve République a hérité de son système de pouvoir.

Symboliquement, le IIe Empire commença le 2 novembre 1852, sachant que le  terme de « IIe Empire » impliquait la remise en cause du traité de Vienne de 1815,  qui sera plus tard à l’origine de la guerre de 1870 et de sa chute.

Louis-Napoléon Bonaparte reste cependant un aventurier, un aventurier qui devient Empereur.  

Fils du dernier frère de Napoléon, Louis Bonaparte, et d’Hortense de Beauharnais, Charles-Louis Napoléon Bonaparte est né le 20 avril 1808. Lors des Cent-Jours, il partit avec sa mère pour un exil en Suisse. Il est éduqué par un ancien révolutionnaire, Le Bas et comme il n’est qu’un proscrit, il n’hésite pas à se prononcer contre les pouvoirs établis par les traités de 1815, à faire siennes les idées-forces du Mémorial de Sainte-Hélène, notamment l’idée que Napoléon, continuateur de la Révolution, a répandu en Europe le principe des nationalités.

En 1830, il organisa avec les carbonaris un complot pour placer l’Aiglon sur le trône d’Italie. Puis, dés la mort du duc de Reichstadt en 1832, il décida qu’il était désormais le chef de la dynastie napoléonienne.

En 1836, il tenta sans succès de soulever la garnison de Strasbourg et se fit expulser aux Etats-Unis, d’où il rejoignit Londres. Profitant du regain de ferveur bonapartiste provoqué par le retour des cendres de l'Empereur, il débarqua en 1840 à Boulogne avec quelques conjurés dont son ami Persigny, dans le but de provoquer un soulèvement en sa faveur.

 

Arrêté, il fut condamné à la prison à vie au fort de Ham, dont il s’évada en 1846 en empruntant la tenue d'un ouvrier du nom de Badinguet, qui sera l’un des surnoms qu’on lui donnera. 

Partager cet article

Repost 0
Published by André Boyer - dans HISTOIRE
commenter cet article

commentaires