Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'André Boyer
  • Le blog d'André Boyer
  • : Commenter les événements de l'actualité, tirer les leçons de l'histoire. Ne pas cesser de philosopher. Relater les expériences de ma vie.
  • Contact

andreboyer

Recherche

Pages

Catégories

12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 17:11
RENAULT EN IRAN

 

Renault vient de conclure un accord avec des partenaires iraniens en vue d’augmenter sa production dans le pays, avec pour ambition de conquérir 20% du marché iranien d’ici trois ans.

 

Renault entend renforcer sa position sur le marché iranien grâce à un accord avec des partenaires iraniens. Le constructeur français participera pour 60% dans une entreprise financée à hauteur de 660 millions d'euros, tandis que son  homologue iranien Neguine-Kodro en détient 20%, les derniers 20% revenant à l'Organisation pour la Rénovation et le Développement Industriel (IDRO) qui est un organisme d'État. La nouvelle entreprise s’installera à Saveh, au sud-ouest de Téhéran

Aujourd’hui Renault produit en Iran, qui est actuellement de 150.000 véhicules par an à Iran, soit 5% de la part de marché du pays, mais Renault compte multiplier par quatre sa production iranienne, dans un marché fortement croissant, où beaucoup de véhicules sont anciens dans un pays de 80 millions d'habitants fortement urbanisé et dont le taux de croissance est proche de 8% par an.

Jusqu’à maintenant, le marché était dominé par Peugeot-Citroën avec 32% des parts de marché. En 2011, lorsque General Motors, actionnaires provisoires de Peugeot, ont sommé Peugeot de quitter le marché iranien, ce dernier était son premier marché dans le monde avec 458.000 annuelles, contre 441.790 en France ! Depuis Peugeot vient de revenir sur le marché, mais Renault, qui était présent en Iran depuis 1978 et qui y était resté malgré les objurgations américaines, compte bien obtenir les dividendes de sa fidélité.

Renault rejoint donc le club encore restreint des groupes du CAC 40 qui ont décidé de se positionner sur le marché iranien, tandis que les banques françaises en sont encore absentes, par crainte des représailles américaines. Il est vrai qu’elles sont tétanisées par l’énorme amende de 8,9 milliards de dollars qu’a infligé en 2014 la Cour Fédérale des Etats-Unis, District de New-York Sud à la BNP pour avoir commercé, entre autres avec l’Iran (voir mes quatre blogs successifs sur cette affaire scandaleuse « Le scalp de la BNP », « Le Big Stick appliqué à la BNP », «  La BNP victime d’un racket » et « La BNP au pays des Bisounours »). La BNP était en effet menacée, si elle refusait d’acquitter l’amende, de perdre sa licence aux États-Unis et donc son accès au marché américain ainsi qu'à toute opération libellée en dollars, en d’autres termes de sortir du marché mondial. Dans une moindre mesure, d’autres banques françaises et européennes ont été également sanctionnées, ou ponctionnées, par la même Cour, comme la Société Générale, le Crédit Agricole, ING, le Crédit Suisse et la Deutsche Bank, sans que la Commission Européenne et les États concernés ne lèvent le petit doigt pour les défendre.

Ce traumatisme poussent aujourd’hui encore les banques européennes à éviter toute prise de risques en relation avec l'Iran, même sur des opérations légales, par crainte de se voir priver de leur licence aux Etats-Unis, dans l’attente que l’Union Européenne se décide à faire face. Il faut convenir que les Européens ont du mal à faire face à l'extraterritorialité du droit américain, qui consiste à appliquer des sanctions dés lors que des entreprises étrangères font affaire aux États-Unis ou utilisent des vecteurs américains tels que des serveurs, des satellites ou le dollar dans leurs transactions. Or, si bon nombre de sanctions américaines ont été levées à la suite de l'accord sur le nucléaire iranien par la révocation de plusieurs décrets, d'autres demeurent tels que l'Amato-Kennedy Act voté par le Congrès en 1979 qui, s’il était appliquée par le Président américain, rendrait même l'accord sur le nucléaire caduc.

Cependant les Etats-Unis savent aussi reculer, lorsque la résistance est trop forte : en 1997, Washington avait tenté d'empêcher Total de se joindre à Gazprom et Petronas pour le développement d'un gisement de gaz dans les eaux du Golfe. À l'époque, les autorités américaines avaient expliqué qu'elles allaient appliquer l'Amato-Kennedy Act, qui interdit les investissements en Iran de plus de 20 millions de dollars. Les autorités européennes de l'époque avaient répliqué en menaçant de porter l'affaire devant l'OMC et les Américains avaient reculé. Aujourd’hui ce gisement de gaz naturel, South Pars, s'avère être aujourd'hui le plus grand au monde.

Les menaces de poursuites de la part des autorités américaines contre Renault sont aujourd’hui ravivées par le vote du Congrès, le mois dernier, d'une nouvelle série de sanctions à l'encontre de Téhéran pour ses activités militaires jugées pernicieuses, mais ne l’ont apparemment pas dissuadé de miser sur le potentiel de croissance à  long terme du marché iranien. 

C’est le même choix qu’a fait Total en signant récemment un très important accord sur une durée de vingt ans pour le développement de la phase 11 de l'immense champ gazier de South Pars. Il en sera l'opérateur avec 50,1 % aux côtés de la compagnie iranienne Petropars (19,9 %) et de la compagnie nationale chinoise CNPC (30 %).  Ce contrat permettra de produire à terme 370.000 barils d’équivalent pétrole par jour, soit plus de 10 % de la production de Total.

 

Le procédé des sanctions commence à trouver ses limites, face aux réalités économiques…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by André Boyer - dans ACTUALITÉ
commenter cet article

commentaires