Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog d'André Boyer

LE SENS DU TANGO

16 Novembre 2020 , Rédigé par André Boyer Publié dans #PHILOSOPHIE

LE SENS DU TANGO

Voici un article réputé futile, en regard des graves sujets qui inspirent généralement ce blog. Notez aussi que je ne sais pas danser le tango et que je n’ai même pas essayé de le danser. Ceci précisé, je suis fasciné par l’image des danseurs de tango et encore plus par la passion de celles et de ceux qui le pratiquent, d’où ce billet.

 

Pour nous qui ne le dansons pas, le tango argentin a une image sensuelle, une danse entre une femme en talons hauts, robe moulante et un homme élégamment habillé. Derrière cette image se cachent des écoles de tango pour les passionnés qui savent que le tango a l’ambition de changer leur vie.

Le néophyte s’est souvent décidé à franchir le pas, c’est le cas de l’écrire, parce qu’un événement l’a obligé à se remettre en question et qu’il a choisi le tango pour « changer » de vie. Il ne vient pas forcément chercher une rencontre sensuelle, et s’il le croit, la nécessité, l’urgence même, d’accorder deux énergies différentes à travers la musique l’obligent à reconsidérer ses priorités.

Car il se trouve confronté à l’amorce d’un échange imprévisible qui exige d’être harmonieux, avant qu’il ne prenne conscience progressivement que cet échange  avec son ou sa partenaire est devenu profond, de manière inattendue.

Lorsque l’on observe une piste de danse dans une milonga*, l’on est frappé par l’impression d'intimité qui y règne. Un homme et une femme sont étroitement enlacés, agissant de manière synchrone, l’homme avançant et la femme le suivant en reculant. Le tango a en effet des racines culturelles selon lesquelles l’image masculine est celle d’un homme fier, séduisant, élégant et l’image féminine celle d'une femme sensuelle et insaisissable.

Mais le sens du tango va au-delà de ce que laisse voir son aspect technique et sensuel et c’est ce que découvrent progressivement les danseurs : tout d’abord, ils apprennent à avoir un contact physique étroit, sensuel, intime, mais non sexuel. En fixant des limites précises, le tango crée un espace sécurisant pour leur contact physique. De plus, le tango demande d'être soi-même, de montrer sa vulnérabilité et c’est le dévoilement de cette vulnérabilité qui crée une véritable intimité.

Or, en ce moment si spécial du Covid-19, il est pratiquement interdit de se toucher et même dans les conditions normales de notre vie d’individu urbanisé nous manquons tout à fait du genre de contact physique qu’offre le tango : nous osons à peine toucher nos amis, encore moins nos collègues, pas toujours nos enfants et notre famille, si bien que, si nous n’avons pas de conjoint, nous n’avons pratiquement pas de contacts physiques.

Aussi le succès du tango provient-il de ce qu'il comble en partie le besoin humain de se toucher et de bouger, sans oublier qu’il constitue un environnement propice aux rencontres sociales.

En outre, le tango oblige à agir spontanément, en vivant pleinement le moment présent. En effet, pour que la danse ait lieu, les deux partenaires doivent entrer dans un état de flux dans lequel ils sont entièrement présents, tout en communiquant constamment l'un avec l'autre par les mouvements de la danse.

De ce point de vue, on peut voir le tango comme une pratique dynamique de la conscience, qui oblige le danseur à se tourner vers lui-même, vers ses désirs, ses émotions et ses objectifs. Il s’agit d’une expérience de transformation de soi qui révèle ce que son "moi" considère de plus important, ce que l’on se permet de faire, de ressentir, de vivre. Ainsi, le tango conduit-il à se demander si l’on vit en harmonie avec soi-même et, si ce n’est pas le cas, à se demander ce qui doit être changé.

Enfin, à travers le mouvement de la danse, le tango permet de comprendre qu'une vraie connexion n'est possible qu'entre deux êtres véritablement indépendants, des êtres qui ont leur propre équilibre. Dans le tango, chaque partenaire, à tout moment, recherche activement à demeurer stable sans avoir recours à l'autre pour y parvenir. Sur la base de ces deux équilibres personnels, le tango devient possible à condition que les deux partenaires soient à tout instant à l'écoute l'un de l'autre pour  interagir harmonieusement.

Tout en se présentant comme un passe-temps agréable et une source de plaisir, le tango fournit donc le contexte d’un processus de développement personnel. Venant au tango individuellement, les danseurs découvrent  souvent leur peur d’une vraie intimité, leur dépendance émotionnelle ou leur manque de confiance en eux et les couples qui viennent ensemble au tango voient souvent se révéler de leur côté de subtils mécanismes de dépendance dans leur relation, des ressentiments enfouis ou leur propension à rejeter les fautes sur l'autre.

 

Ainsi, alors que, de l'extérieur, le tango ne semble être qu'une danse de couple synchronisée, les personnes qui le pratiquent ont le sentiment amphigourique de participer à une mystérieuse alchimie, métaphore de tous les contacts entre les êtres humains…

 

*Milonga :un bal où l'on danse une certaine forme de tango argentin.

 

Cet article a pour origine un papier publié dans un magazine féminin en ligne russe Matrony.ru traduit par Aimée Zuniga, très fortement réécrit et remanié par mes soins.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
ah c'était donc ça le mystère du tango! toute une symbolique. Amitiés.Catherine.
ps:j e t'envoie la chanson una noche mas de Yasmin Levy avec un clip style film d'Almodovar .
Répondre
A
Bonjour Catherine, je te réponds d'un dimanche à l'autre! Merci pour ce magnifique tango tiré du film d'Aldmodovar. Oui, c'est une symbolique, mais c'est une symbolique en action au travers de la danse, des règles, de la technique à pratiquer et des rencontres.
Bises
André
F
Merci André pour cette belle illustration de cette divine danse !
Répondre
A
Merci d'avoir apprécié cet article différent!